Paul McCartney zag God toen hij high was | Show | AD.nl

Paul McCartney believes in a higher being. Fine.
Paul McCartney believes he has met this higher being. Not fine.

Paul McCartney, who now claims to have met God whilst under the influence of a narcotic drug, is an ocean-going turnip.

One of my tutors, Christopher Robinson, in his work on French Literature of the 19th Century, refers in his consideration of Flaubert’s Félicité, protagonist of “Un coeur simple”, the first of the “Trois Contes”, to her state of “transcendent self-deception” at the moment of incommunicable “revelation” when the Logos becomes fused and confused, deep within the self, with her recollected image of her beloved parrot. Look no further. Paul McCartney has demonstrated the enduring veracity of the notion. If this isn’t “transcendent self-deception”, then I don’t know what is. To communicate this during a period of our history when narcotics constitute such a grave problem, for more than one generation, is an act of egregious irresponsibility. Perhaps he isn’t feeling the eyes of the world upon him. Perhaps he is looking for love, which is apparently “all you need”. Perhaps it is indeed time, after all, for him to sink into oblivion. LJ

Voormalige Beatle Paul McCartney gelooft in een hoger wezen. Hij heeft naar eigen zeggen God ontmoet na drugsgebruik. Dat zei de 76-jarige componist en zanger tegen de Engelse krant The Times.

Source: Paul McCartney zag God toen hij high was | Show | AD.nl

 

Limerick

A hash-peddler, Pasha Achache,
Stashed his hash-cash, alas, in the trash,
Till the trash man one day
Took the trash can away
And trashed the Achache hash-cash stash

Written on the terrace of the Marco Polo Pizzeria, for no good reason. LJ

Le Grand Orchestre du Splendid: La Salsa du Démon

(Horreur)
(Malheur)
(Aaaah)
Oui, je suis Belzébuth
(Horreur)
Je suis un bouc, je suis en rut
(Horreur, malheur)
Oui, oui, oui, je vis dans l’ordure
(Horreur)
Je pue la sueur et la luxure

Je fume je bois, j’ai tous les vices
Et j’ai du poil partout sur les cuisses
Je vous déteste, je vous maudis
J’suis complèt’ment pourri

Quand j’vois un gosse, j’lui fous une claque
Quand j’vois une vieille j’lui piqu’ son sac
Je crache, je rote, rien ne m’arrête
Car aujourd’hui c’est la fête…

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)

(Horreur, malheur)
(Aaaah)
Oui, c’est moi Vampirella
(Horreur)
Malheur à ceux qui ne m’aiment pas
(Horreur, malheur)
Oui, oui, oui, mon cœur est en fer
(Horreur)
Je fais l’amour comme une panthère

Mes amants, je les écorche vifs
Et je les fouette, je leur coupe le pif
J’fais des trucs cochons avec des chaînes
Aux minets du 16ème

Pourchassant les puceaux en fuite
Le démon du sexe m’habite
Venez là mes petits amis
Car c’est la fête aujourd’hui…

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)

(Horreur, malheur)
(Aaaah)
Oui, je suis la sorcière
(Horreur)
J’suis vieille, j’suis moche, j’suis une mégère
(Horreur, malheur)
Oui, oui, oui, sur mon balai maudit
(Horreur)
J’aim’ bien faire mal aux tous petits

Je fais bouillir des mains de pendus
J’mange des crapauds, des rats tout poilus
J’fais des potions pour séduire les hommes
Puis j’les mords quand ils dorment

Dans ma marmite c’est l’épouvante
Y a des bestioles dégoulinantes
Ce soir j’fais du bœuf au pipi
Car c’est la fête aujourd’hui…

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)

C’est la, c’est la c’est la
Salsa du démon (x4)

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)

C’est la, c’est la, c’est la
Salsa du démon (x4)